image

Dès sa formation à l’école des Beaux-Arts de Tilburg Verstraten s’occupe avec des techniques graphiques comme des gravures à eau-forte, des linogravures en des monotypes. Les dernières années il utilise principalement souvent le monotype. à l’aide d’une plaque de verre, la couleur à l’huile, le rouleau de linogravure et du papier il crée son nouveau monde. Cette technique offert Verstraten une autre possibilité pour continuer d’examiner la monde de l’art. Les monotypes ne sont pas autonomes, mais ils sont en se qui concerne le thème et graphisme entremêlé à ses peintures et ses statues. Il puise à sa propre œuvre, mais laisse s’inspirer aussi de son entourage.

Les monotypes sont œuvres uniques et n’existent pas d’un tirage comme chez l’application de autres techniques graphiques. Plein d’intérêt de la technique est l’élément imprévisible de tirage. Par expérience, le plasticien peut ça diriger en grande partie, mais il reste une partie au hasard. Verstraten manie un langage visuel et sa palette se borne en général à noire blanc ou quelques couleurs de la nature. L’addiction du texte, qui se montre souvent à l’image reverse relève dans un certain nombre des cas le caractère mystérieux.

Verstraten ne se laisse pas borner strictement à la technique du monotype pour augmenter l’éloquence d’un œuvre. Il prend la liberté pour expérimenter avec des autres matériaux et techniques et les combiner. Parties peintes existent directement à coté des parties imprimées ou sont combinées avec de la technique de collage.


imageimageimageimageimageimage

image image image